samedi 3 décembre 2011

Paul Metzger





« (…) la frénésie discographique de Paul Metzger (presque sept albums de 2005 à 2009) aurait pourtant pu ne jamais se mettre en branle. Elle est une trace tardive et inattendue d’une pratique de la musique et du bricolage qui pendant quasi vingt ans est à peine sortie de son atelier et du cercle privé et familial. Pendant tout ce temps, Paul Metzger a construit et perfectionné à partir d’instruments de musique existants et de pièces détachées faciles à se procurer dans son environnement nord américain, une série d’instruments mutants qui devaient lui permettre de jouer ses relectures personnelles des musiques indiennes et afghanes qu’il aimait tant écouter. il y a, d’abord, une guitare peinturlurée, munie d’une grande cymbale montée perpendiculairement au manche à l’autre bout de la caisse de résonnance et sertie d’une série de boites à musique trafiquées (une série d’ergots étant limés pour que la mélodie initiale – souvent ultra-connue – du petit gadget mécanique ne soit plus reconnaissable). puis, surtout (parce que ses sonorités sont encore plus étonnantes), un banjo modifié qui, au fil des ans, s’est vu gratifier d’une petite vingtaine de cordes supplémentaires – quasi exclusivement des cordes sympathiques non directement jouées mais amenées en vibration par résonance – passant ainsi de cinq à vingt-trois cordes. (…) » (Globe Glauber et la médiathèque)


ISSUE @ 110 Livingston: Jozef van Wissem (Paul Metzger excerpt) from Damian Calvo on Vimeo.





PAUL METZGER MONOTONY from Andy Roche on Vimeo.





Paul Metzger

4 commentaires:

charlu a dit…

paul Metzer :!!!!! super heureux de voir ce chantre psyché expérimental de la corde en feu chez toi...j'ai deux pièces ovni de ce poète barré, chez Locust record "deliverance" et un gros trip solo sur "archive" en 2008... quel plongée !!!!
je visite tes pages.. je vais noter pas mal de trucs ... A++

Vers du Silence a dit…

Merci pour ton passage Charlu !

Le Club Des Mangeurs De Disques a dit…

J'avais un mal fou à entrer chez toi, ces derniers temps (mais ça m'arrive avec les blogs qui proposent beaucoup de films). Je suis toujours ravi de toutes ces découvertes. Ton blog est unique: vive toi!
Jimmy

Vers du Silence a dit…

Merci my dear Jimmy :)