mardi 25 février 2020

Alice Boman



Alice Boman est une chanteuse suédoise qui nous offre, en ce début d'année, un très beau disque, Dream On.
Après avoir réalisé une série d'EP, elle s'attaque à un projet plus ambitieux mais néanmoins réussi!
Dream On est un album tout en sensibilité, fragilité et mélancolie.



Un courant lent et voilé imbibe nos émotions offertes à cette écoute.
Portant chaque morceau avec sa voix douce et profonde, quelque part entre Elizabeth Fraser (Cocteau Twins) et Hope Sandoval (Mazzy Star), elle nous émeut de son chant de sirène.
On sent cette tristesse, ce relent d'amours déchus ou de rêves avortés.




Cette réalité si déchirante nous touche avec tact. Elle se partage comme un secret d'adolescent, confiné dans un cœur tendre.
Mais dans ce désespoir, il y a la force de rêver, de voyager dans des îlots nuageux où chaque brise s'anime comme un joyau.

Alice Boman

vendredi 27 septembre 2019

Olga Hanowska / Marcin Karnowski



Olga Hanowska & Marcin Karnowski est un duo polonais, fragile et sensible, qui nous offre un très beau disque, Fika.
Elle au violon, lui aux percussions et autres instruments, élaborent un monde voyageur, explorant des contrées si difficilement accessibles donc méconnues.



Riche en émotions, prenant, Fika nous amène dans un ailleurs fait de rêves et de paysages sonores archaïques et modernes.
On ferme les yeux pour mieux pénétrer cet espace magique. On ouvre son cœur à de vrais tableaux enchantés, bouleversants et nourrissants.


Laissez-vous prendre par la main de cet univers onirique, fantastique, féérique...
La beauté de ce disque est vivant : prenez-le et vibrez avec !



Olga Hanowska / Marcin Karnowski

dimanche 22 septembre 2019

Molly Sarlé



Des falaises de Big Sur au nord de la Caroline du Nord, Molly Sarlé nous offre dans son premier album, Karaoke angel, des compositions lentes et sensibles, parfaites pour des promenades matinales solitaires.



Membre de Mountain Man, trio de voix féminines, son album (sorti cette année) est un recueil de chansons d'une femme qui est née en comprenant que sa capacité à se vivre et à partager était sa fibre créative.
De belles mélodies, une voix aigue et douce, l'univers de Molly Sarlé se dévoile comme une lumière enchanteresse.




Une belle surprise que ce disque tenant en haleine du début à la fin. Chaque morceau est une aventure en soi.
Cela fait du bien de pouvoir s'étendre dans un champ (chant ?) moelleux pour se prélasser sur une plage déserte.

Molly Sarlé

jeudi 20 juin 2019

Delaney Blue


photo : Muriel Delepont

Delaney Blue (de son vrai nom George BETZOUNIS - ndlr), auteur, compositeur et interprète a sorti en mai 2018, son deuxième album, The hurting kind.

Compagnon de route et guitariste durant des années du regrété Daniel Darc , Delaney Blue a construit son sillon dans différents projets dont PURE SINS (Albin de la Simone, Ria de Spell, et Charly Doll) avec un seul et magnifique 5 titres folk rock dans les nineties.




The hurting kind est une traversée initiatique des racines du rock américains.
Plutôt roots mais riche d'une orchestration inspirée et personnelle, Delaney Blue prend l'auditeur par la main et lui dit, regarde l'Amérique, c'est ça!

Du bluesgrass à la country en passant par le honky tonk ou les musiques noires, influencé par B.Dylan, J.Cash, T. Van Zandt..., sa musique est un éveil à l'origine des hommes voyageurs, des cowboys de l'ouest mais dans toute la modernité véhiculé par sa voix, unique et prenante.
On pourrait pensé, sous certains aspects, à Will Oldham et particulièrement concernant l'enracinement d'un monde de tous les rêves mais aussi de tous les dangers.



Au regard de ce que Daniel Darc disait de George ("il est un guitariste ? Non, il est une guitare!"), on sens l'instrument qui prend corps avec le musicien et vice et versa. Il vit sa guitare!
The hurting kind reflète toute la force vitale d'un créateur qui ne parade pas, ni ne bavarde mais prend son instrument et joue, encore et toujours.


Delaney Blue Officiel

Vers du Silence tient à remercier vivement Guillaume Facon pour sa disponibilité et sa gentillesse.

jeudi 13 juin 2019

Olive Is The Sun



Olive Is The Sun, sous le pseudo OliSUn sort des bois avec un album ovni, un miraculeux éveilleur de sens, Geometrische Abstraktionen /​/​/.
Composé de 8 morceaux aussi magiques les uns que les autres, chacuns d'entre eux tendent vers une abstraction spatiale!
O. assure toutes les guitares, échos, drones, voix, carillons, boucles, fieldrecordings et percussions.



Cette modulation sonore n'est pas sans évoquer les grandes heures du Krautrock ambiant avec des formations du meilleur cru, Cluster ou encore Harmonia.
Bien-sûr, on pense aussi aussi à Brian Eno et Robert Fripp.
Mais, au-delà des références et des étiquettes, le monde d'OliSun est un voyage fait de rêves, de grâce, de grands espaces et d'attirances.
Geometrische Abstraktionen /​/​/ est une claque, toute en douceur, d'explorations et de combinaisons musicales, étonnantes et surprenantes.

Ces abstractions géométriques nous extraient, le temps d'un album, du quotidien éventré par la misère.
Elles s'envolent, comme des bouées de sauvetage, vers le ciel, à la rescousse des nuages perdus.
Par ailleurs, le support - une cassette magnifique et un packaging stylé - est d'une poésie graphique qui vient se retrouver avec les musiques du disque.
Maintenant, il n'y a qu'à lâcher prise...



Olive Is The Sun

Album hautement recommandé par l'équipe de Vers du Silence !

dimanche 26 mai 2019

Jean-René Mourot & Marc-Antoine Schmitt - Musiques de salon



Jean-René Mourot,musicien, auteur, compositeur et interprète, que nous affectionnons particulièrement à Vers du Silence, sortira fin juin un album, en duo avec le contrebassiste Marc-Antoine Schmitt, Musiques de salon.
Cet opus sera composé de 6 titres.
C'est aussi avec beaucoup d'humour que nos deux artistes nous déroutent avec leur pochette et le titre de l'album : sur un canapé 19ème siècle, on voit le duo vêtu style romantique, le tout dans un décor iconoclaste, entre post-modernisme et garage boîte de nuit.
Pour le coup, c'est une belle réussite !


Dans une lignée jazzistique, Musiques de salon est bien plus que cela cependant.
Rythmes et délicatesse façonnent, par la richesse et la qualité de leur interprétation, des morceaux incomparables.
Certains ont du caractère et des lignes mélodiques émouvantes (Bienvenue à la campagne. D'autres passent du cool jazz à des variations affirmées puis retour à l'état cool (Bégaiements) puis réaffirment à nouveau des reliefs saisissants.







Le troisième morceau, The blue line of the Vosges est un petit joyau digne de Chet Baker : d'ailleurs, il suffit de tendre l'oreille pour entendre sa voix suave caresser le temps.
Il y a une véritable vérité de ton, celle de Jean-René Mourot & Marc-Antoine Schmitt, avec Microblast et Jour de pluie, encore plus hors des sentiers battus, un esprit plus free qui nous offrent des espaces surprenants.
Musiques de salon est un pied de nez à la bêtise de la culture environnante mais est, également, une création qui nourrit nos rêves d'enfants et nos voyages secrets.

Jean-René Mourot

mardi 23 avril 2019

La voie des plantes : ceux qui voulaient guérir


La voie des plantes : ceux qui voulaient guérir est un film documentaire d'Aurélie Marques et Louis Bidou.
Il s'inscrit dans un projet participatif via la plateforme Ulule.

1 - Présentation



Ces plantes sont aussi les points de connexion entre le monde moderne et des modes de vie traditionnels en pleine mutation. A l’heure de la sixième extinction de masse, l’Occident se doit de reconsidérer son rapport au vivant, d’une logique de domination à celle de coexistence. Dans ce contexte, les populations autochtones nous inspirent un autre modèle possible. Au delà de l’instrumentalisation et de la fascination, repenser l’interaction entre ces cultures et les dynamiques du monde moderne est aujourd’hui plus que jamais nécessaire.

“La voie des plantes : ceux qui voulaient guérir” est le premier film autoproduit de cette aventure : une expérience vécue du point de vue de patients toxicomanes qui ont fait le choix d'un traitement alternatif par les plantes amazoniennes.
Des histoires de vie bouleversantes qui se croisent au cœur d'un huis-clos aux portes de la forêt péruvienne.
Réhabiliter les médecines traditionnelles amazoniennes, c’est replacer la spiritualité au centre de la guérison.


2 - Extrait




Soutenez ce projet original et ambitieux sur Ulule

jeudi 28 mars 2019

Tarantüla





Tarantüla est un groupe punk / hardcore américain de Chicago (Illinois).
Les quatre musiciens qui le compose, Corey Feutz, Jared Gattis, John Nickelson, Nathan Gattis offrent une musique directe, sans concession, forte et puissante.
On pense aux Ramones mais en plus radical.



Peu d'information sur cette formation underground.
L'énergie qui se dégage des morceaux, le fond hardcore explosif, nous attire vers le côté sauvage et obscure de nos émotions.
On se laisse pénétrer par la fougue électrique qui fonce tel un train déchirant la nuit !




Bandcamp
Discogs

lundi 28 janvier 2019

Christelle Frobert



Christelle Frobert est une artiste peintre, plasticienne et art-thérapeute.
Titulaire d'un Diplôme Universitaire "Soin psychique, Créativité, Expression artistique" (Université Lumière Lyon 2) ainsi qu'une licence en arts plastiques (Paris Sorbonne 1), cette créatrice surprenante trace son sillon dans un univers proche de l'enfance mais imprégné d'une conscience tourmentée, comme si la frontière entre le monde des morts et des vivants était perméable.

Elle se confie : "Je suis tombée dans la bassine de la création assez tôt grâce à ma grand-mère. Elle m’a appris à me servir de mes mains et à m’intéresser aux éléments de la nature. A l’adolescence, j’ai découvert des artistes comme Picasso, Modigliani, Cézanne, Monnet qui m’ont guidée vers la couleur.
J’ai commencé alors à reproduire quelques uns de leurs tableaux (plus particulièrement ceux de Picasso) pour progressivement me tourner vers l’assemblage de matériaux de récupération. Quelques années plus tard, je suis entrée en école d’Art mais la volonté de me faire plier au champs du conceptuel m’a amenée à claquer la porte.
J’ai alors entamé une licence d’art qui m’a laissée davantage de liberté.
J’ai énormément travaillé la matière, le mouvement, l’assemblage et la couleur durant une dizaine d’années. Aujourd’hui, j’ai réduis considérablement les supports et les médias pour me consacrer à la terre et au dessin / collage
".

Une année à déconstruire - Média mixtes - 20 cm x 20 cm


Christelle Frobert emploie une poésie qui nous emmène vers des espaces dérangeants et effrayants.
De "Tuer la bête en soi" à "Transpirer le désordre" en passant par "La gardienne des âmes", on s'interroge.
"Pourquoi ?, dit-elle. Je suis sensible à l’injustice, à l'indifférence, à la violence, à tout pouvoir qui opprime. J’essaie de donner forme à l’indicible, à réinterroger, à questionner".

Cette approche, non conventionnelle, où se côtoient art brut, décors surréalistes ou encore dessins primitifs, met en scène des êtres hybrides, étranges, déformés ou animales.
On se sent bancal dans ces miroirs baroques, en décalé dans ces reflets qui nous plonge dans des influences où Tim Burton, Jean-Michel Basquiat, Dubuffet et le Velvet Underground seraient en connexion.

Au sommet de la honte - Techniques mixtes sur papier - 24 cm x 32 cm


Christelle Frobert rajoute : "L’expérimentation, la recherche de nouvelles techniques me passionne.
Créer est toujours une nouvelle aventure : je n’ai quasi jamais en tête ce que je vais faire, je laisse le geste prendre le dessus, animé par mes ressentis et mes émotions
".

Ce qui est saisissant dans l'œuvre de Christelle Frobert, c'est l'éclat d'une beauté en distorsions, les ruptures ascensionnelles, l'esthétique des dissonances ou encore les déphasages de l'inconscient.
Cette force d'ouverture et de liberté est puissante, attirante et voluptueuse.
On y tombe amoureux comme un tatouage qui s'inscrit, indélébile, sur la peau !


Galeries-Arts
Artmajeur

Merci à Christelle Frobert pour sa disponibilité et sa bienveillance.