samedi 13 octobre 2018

Aarsland



Aarsland est le projet solo de Ruslan Akimov, guitariste et chanteur au sein de Devilgroth, duo métal, sombre et puissant.
Venant de Novossibirsk (Sibérie) en Russie, le propos et l'ambiance que dégage Aarsland est nourri d'un environnement sauvage et extrême qui ouvre l'esprit vers des mondes méconnus.


C'est avec un album qui explore en profondeur la froideur de l'obscurité, Rasputin, prévu pour le mois de novembre, qu'on s'enfonce dans les méandres mystiques et des nuages macabres.
La voix de Ruslan Akimov est entre deux sangs : l'un "monastique" et l'autre "diabolique". Son expression est envoûtante et paralysante tel un filtre majestueux voire une potion magique.
Quant à la musique, drones de fontaines électriques, elle plante le paysage de ce monde en décomposition.
Pour faire le lien avec ce disque, il peut être intéressant de se pencher sur l'histoire de Grigori Raspoutine.





Nous vous invitons également à découvrir Devilgroth ainsi que l'excellent label russe de métal, Narcoleptica Productions.



Aarsland
Devilgroth
Narcoleptica Productions

mercredi 13 juin 2018

Jean-René Mourot



Jean-René Mourot, pianiste voyageur nous offre un bien bel EP en ce mois de mai, Nocturnes en sourdine, "musique de nuit et d'appartement".
Composé de 6 titres improvisés et enregistrés sur son piano en sourdine, Jean-René Mourot nous invite, le temps d'une fin de soirée, à s'ouvrir à l'instant présent où, sensibilité et rêveries vous prennent par la main.


Parsemé d'une conjugaison poétique rassemblant des textures à la Satie, des rythmes contemporains aigre-doux et l'âme profonde afro-américaine, on s'étonne de tant de douceur et d'énergie réunies.
Nocturnes en sourdine est une empreinte nocturne d'un musicien talentueux et simple.
Tendez l'oreille et la surprise sera à la hauteur de vos attentes : un moment qui nous rapproche de nous-même!



L'EP de Jean-René Mourot est hautement recommandé par Vers du Silence.
N'ayant pas de sortie physique, il est téléchargeable ICI pour quelques euros.
Soutenez les artistes de qualité et leur création!
Merci à Jean-René pour son amitié fidèle.

Site officiel

mardi 15 mai 2018

Ali Ali-Khodja



"Ali Ali-Khodja, né à Alger, en Algérie, le 13 janvier 1923, et mort à Alger, sa ville natale le 7 février 2010, est un miniaturiste et peintre algérien[...]
De 1943 à 1950 Ali-Khodja peint exclusivement des miniatures autour des scènes quotidiennes du vieil Alger. Il commence de réaliser en 1963 des peintures ayant pour thème les paysages du Sahel algérois et en 1970 des aquarelles. De 1974 à 1977 ses peintures prennent pour thèmes les animaux. Autour de 1978 il pratique également la gravure."

Fusion, huile sur feuille de cuivre (1986).

« Dans la nature, l’abstraction existe, il faut savoir seulement la regarder »


Songe de Vénétie (aquarelle)

"Au début des années 1980 les œuvres puissamment colorées d'Ali-Khodja, sur toile, sur cuivre ou sur or, se font non figuratives. Le peintre ne leur donne plus que des titres allusifs: Formes primitives ou Signes des temps (1982), Apparence, Cosmogonie ou Eaux profondes (1983), Chemin spatial et Diffraction (1984), Obsession (1985), Transmutation (1985 et 1986), Exaltation, Genèse, Forme fluctuante, Scintillement, Fusion, Équilibre, Structures libres, Solstice ou Ambivalence (1986)"

Sublimation


Sources et liens :

Wikipedia
Acryom
Chroniques algériennes

lundi 9 avril 2018

Michel Doneda / Mathieu Bec


Mathieu Bec
© Jjgfree Jjgfree





Prêcheurs infatigables d'une action sonore férocement libre et poétique, ces deux sculpteurs de musique improvisée se sont rencontrés sur le festival Et pendant ce temps les avions à Saillans dans la Drôme l'an dernier.














Michel Doneda
© Rémi Angeli


L'un à l'apogée de sa carrière (on ne présente plus Doneda), l'autre creusant son propre sillon ou plutôt son tambour véritable marmite de sorcier.



Une expérience sensorielle unique s'offre aux auditeurs lorsque ces deux musiciens atypiques fusionnent leur univers originaux tant leur démarche commune s'éloigne des codes et des conventions.
Un rituel archaïque les unit dans un chant vibratoire infini et animiste.
A découvrir de toute urgence!

2/05/18 : Duo Michel Doneda/Mathieu Bec @ l'Anacrouse école de musique de Montpellier
3/05/18 : Duo Michel Doneda/Mathieu Bec @ Galerie d'art ARTS ETC 3 Rue Courbezou Bédarieux
4/05/18 : Duo Michel Doneda/Mathieu Bec @ 100 Mètres du Centre du Monde-Centre d'art contemporain-Perpignan
15/05/18 : Duo Michel Doneda/ Mathieu Bec @ l'école de musique L Anacrouse @ Montpellier
31/05/18 : Duo Michel Doneda/Mathieu Bec @ Médiathèque de Bédarieux


Mathieu Bec
Michel Doneda

vendredi 26 janvier 2018

Olga Hanowska



Olga Hanowska est une artiste polonaise.
Musicienne et expérimentatrice, elle intervient dans des champs pluridisciplinaires et, plus particulièrement, dans le domaine de l'esthétique et de la musique.
Son instrument de prédilection est le violon baryton : sa caractéristique est de mesurer environ 75 centimètres et posséder une sonorité envoûtante et puissante au regard des autres type de violons.
Et cela n'est pas anodin dans la démarche créatrice d'Olga Hanowska.
Fin 2017, elle nous offre un nouvel album Sny panny z wanny, projet organique et voyageur.


Sny panny z wanny (Les rêves de la dame se baignant) est le lieu où son violon peut chanter, vibrer et s'épanouir.
Tout le long de cet album, le fil conducteur sera la conjugaison d'une tradition et d'une modernité.
Fieldrecordings, échantillonneurs ou encore drones (boucles répétitives) jonchent et enveloppent chevauchées et lents soupirs.
Chaque plage de l'album est un parfum, allant du plus voluptueux au plus brut : question de matière et d'ambiance.




L'aspect aquatique, voir amniotique, de Sny panny z wanny est perceptible, intimement, en notre fort intérieur. On nage, on traverse des océans.
Et l'eau coule : est-ce le souvenir inconscient de notre propre gestation dans l'enveloppe maternelle ?
De l'infiniment petit, ces musiques, qui nous transportent vers de grands espaces, fleurissent comme des bouquets qui colorent les beaux moments de notre existence.


Vers du Silence remercie vivement Olga Hanowska pour son aide et sa bienveillance. Son album est disponible au lien ci-dessous.

Olga Hanowska

jeudi 18 janvier 2018

qqq∅qqq


Photography by Kuro Silvia

qqq∅qqq est un duo de la scène indépendante italienne, formé de Tommaso Busatto (synthétiseurs et machines) et Carlo Mantione(guitare et pédales/FX).
Ayant débuté en 2015, qqq∅qqq nous offre, fin 2017, Burning stones of consciousness, un album aux grands espaces, teinté de mélancolie. Comme un corps vibrant de profondes méditations, entre électronica et minimalisme électrique, qqq∅qqq suinte d'un onirisme retentissant.


De Burning stones of consciousness se dégage une simplicité dont le point d'équilibre révèle de nombreuses facettes.

Tout d'abord, on se laisse prendre au rythme et à la mélodie (Eternal void in which the entirety of emptiness is summoned) qui tel un navire nous mène vers un nouveau continent. Une dérive hypnotique qui embrasse les sens.
Chemin faisant, continuant cette odyssée contemporaine, la marche se fait plus active (All this heaviness is just my monolithic self). Des rives psychédéliques bordent l'avancée voyageuse, bouleversante, s'étoffant de sons et d'effets aux langoureuses perceptions.



La répétition est forte et créatrice lorsqu'elle est intelligente. Parce qu'elle puise sa richesse dans le sensible.

Dans I perceive the peak so clearly I can embody it, avec la participation à la flûte de Zyklus (Alessandra Lazzarini - qui fait aussi partie de la formation Ice Pick Experimental Trio), on touche cette beauté cyclique.
Le dernier morceau de l'album, Crumbling plains and burning stones of consciousness, avec la participation de H!U, nous interroge sur le devenir. Le ton est lourd et la progression au ralenti. Vers quoi allons-nous ? On perçoit certains climats déjà vécus dans la période la plus sombre de Cure. Ici, perle une certaine forme de spleen. Si loin...



L'album est hautement recommandé par l'équipe de Vers du Silence et remercie Tommaso Busatto pour sa gentillesse.

qqq∅qqq

samedi 13 janvier 2018

Mathieu Bec



Mathieu Bec est un batteur, percussionniste et poète, d'expression libertaire dans sa philosophie et son approche très singulière du son.
Ex-batteur du duo électroacoustique Dubovnik, il s'est frayé un chemin nourri de ses sculptures sonores.
En 2017, sort Le chant des terres sur le label Improvising Beings.


Influencé par John Cage et son rapport aux bruits et aux sons ("Si un bruit vous ennuie, écoutez-le", citation notée dans la pochette intérieure de son album Le chant des terres), Mathieu Bec est lui aussi un iconoclaste.
Improvisateur hors-pair, il tape, sollicite les silences, convoque les frottements, joue avec des objets ou des instruments en détournant leur usage conventionnel.
Chaque instant vibre dans un espace qui nous happe et nous extrait du temps d'un langage incroyable.


Travaillant sur de multiples projets et artistes (Guy-Frank Pellerin ou Michel Doneda pour ne citer qu'eux...), Mathieu Bec recherche et innove à chaque rencontre.
Il repousse toujours les frontières en bougeant l'espace/temps de ses performances.
Un artiste hors du commun que l'équipe de Vers du Silence recommande à tous les curieux et les esprits voyageurs.



A noter sur vos tablettes, la sortie de Saxa Petra, album du duo Guy-Frank Pellerin et Matthieu Bec sur le label italien Setola d'i maiale en juin 2018. A suivre de très près...

Mathieu Bec