samedi 29 décembre 2012

Sixto Rodriguez


Ce matin, en écoutant la radio, j'entends un morceau d'un chanteur, Sixto Rodriguez. Stupeur : cela fit tilt à mes oreilles ! Je m'empresse sur internet à la recherche d'informations...
"Searching for sugar man", film documentaire de Malik Bendjelloul, sorti en France le 26 décembre 2012, retrace la destinée hors du commun de Sixto Rodriguez, un folk-singer américain engagé aux 2 albums si singuliers...




Photo : Hal Wilson

"Musicien folk américain né le 10 juillet 1942 à Détroit dans le Michigan, Sixto Rodriguez est le sixième enfant de sa famille, de là lui vient d'ailleurs son prénom. Il est rapidement confronté aux problèmes sociaux, venant d'une famille pauvre, d'immigrés mexicains appartenant à la classe ouvrière. Son père joue du blues, et le jeune Rodriguez est inspiré par le mouvement hippie. Il commence ainsi à s'intéresser et à faire de la musique très tôt. Il sort un premier single "I'll Slip Away" sur un petit label en 1967, puis plus rien jusqu'à ce qu'il signe chez le label Sussex. Il enregistre en 1969 (par erreur sous le nom de Rod Riguez) l'album Cold Fact qui sort un an plus tard, ainsi que l'album Coming From Reality qui sort en 1972. Les deux albums sont loin d'être des succès commerciaux et le contrat de Rodriguez se termine ainsi, le label Sussex étant d'ailleurs en difficulté (il disparaît en 1975).



Cependant, Cold Fact connaît un succès inespéré lorsqu'il sort en Afrique du Sud en 1974, il en est de même, en Australie et en Nouvelle-Zélande: Rodriguez y devient véritablement culte. Sans que Rodriguez ne l'apprenne, Cold Fact devient disque d'or en Afrique du Sud, où la population noire, sous le joug de l'apartheid, trouve dans les paroles engagées, voire provocatrices (l'album ne passe jamais sur les radios), un écho à leur révolte. Lorsque les exemplaires de l'édition Sussex sont épuisés, un label australien, Blue Goose Music, rachète les droits, et obtient d'excellents chiffres de ventes. Ayant vent de ce succès exotique, Rodriguez fait alors deux tournées en Australie, en 1979 et en 1981 (avec Midnight Oil), mettant d'ailleurs fin à des rumeurs sur sa mort, dues à son absence de la scène musicale pendant 8 ans. Mais il disparaît à nouveau à l'issue de ces deux tournées, et finit ses études en obtenant en 1981 sa licence de philosophie, et travaille ici et là, tout en s'investissant dans la vie politique.


Avec l'émergence d'internet, les enregistrements de Rodriguez commencent à se faire mieux connaître, y compris des européens et américains. Si bien qu'un fan décide de partir à sa recherche et finit par le retrouver par le biais de sa fille. Par ailleurs, une réédition de Cold Fact voit le jour en 2008, puis celle de Coming From Reality l'année suivante, donnant lieu à de nombreuses critiques enthousiastes, et participant pour beaucoup à la redécouverte de Rodriguez, qui commencera par la suite une nouvelle tournée, notamment - c'est une première - dans des festivals européens." (Source : Wikipédia)



Official Rodriguez website

8 commentaires:

Marius Perlimpinpin a dit…

c'est marrant l'autre semaine sur Arte TV ,il y avait une reportage sur Sugar Man. Son histoire personnel est touchante.
merci pour le complément d'infos
A bientôt et bonnes fêtes a toi
Marius

Vers du Silence a dit…

Moi, c'est sur France Inter ce matin que je l'ai découvert.
Merci pour ton passage Marius et bonne fin d'année à toi également !

Jimmy Jimmereeno a dit…

Je te garde les disques au chaud, mon p'tit loup!

Echiré79 a dit…

Merci pour ce trés beau post.
Bizarre (et plaisir) pour un "vieux" comme moi de voir ENFIN resurgir cet artiste que je connais depuis le début des seventies et la parution des ses deux vinyles.
Puisse leur réedition , la sortie du doc et les articles comme le tien, faire enfin qu'il trouve sa place tout à côté des plus grands folksingers.
Encore merci
Echiré79

Vers du Silence a dit…

@Jimmy : des bises pour toi mon Jimmy. Je pense bien à toi et en janvier, on compte sur toi pour le tajine ;)

Vers du Silence a dit…

@Echiré : Merci Echiré pour ton commentaire !
Très honnêtement, je n'avais jamais entendu parler de lui mais dès que j'ai entendu "Sugar man" sur France Inter, je me suis dis : "ça il me le faut ! C'est extra !".
Je te souhaite une bonne fin d'année.
Amicalement.

charlu a dit…

Quelle belle chronique mon Yom.. on entend le Sixto partout avec cette belle chanson folk.. y'a des années il avait déjà pointé le bout de son nez avec la réédition de sugarman.
Y'a des artistes fantastiques, des mecs aux histoires atypiques, puis quelles chansons il a écrites. Les deux rééditions sont quand même séparées de plusieurs années.
Merci pour la piqure de rappel..
bon réveillon, biz et à très vite.

Vers du Silence a dit…

@Charlu : content de te lire mon Charlu.
C'est vraiment super bien Sixto, effectivement : orchestrations, voix, mélodies...
Comme tu le soulignes, y a des mecs, comme ça, qui ont une histoire bien perso.
Bises à toi et à très vite :)